Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de recherches

Jacques Mikulovic, La réinsertion sociale et professionnelle des travailleurs handicapés chômeurs de longue durée

Intervention sur le corps par les APA (Activités Physiques Adaptées), pédagogie conative et redynamisation sociale

Notes de la rédaction

Le 13 décembre 1999, Jacques Mikulovic soutenait dans l’amphithéâtre de visioconférence de l’Université du Littoral - Côte d’Opale, à Dunkerque sa thèse de Doctorat en STAPS de l’Université Montpellier 1.
Le Jury était composé de :
Gilles Bui-Xuân, Maître de conférences HDR, Université Montpellier1, Directeur de la thèse.
Jean-Claude De Potter, Professeur, Université Libre de Bruxelles.
Borhane Erraïs, Professeur, Université de Nice – Sophia Antipolis.
Jacques Gleyse, Maître de conférences HDR, IUFM de Montpellier.
Vincent Leignel, Vice-Président du Réseau Européen « Villes ouvertes – Villes solidaires ».

Texte intégral

1L’objectif de Jacques Mikulovic est ambitieux puisque son investigation porte sur une population qui connaît une double marginalité. Le projet pédagogique vise, à travers une intervention sur le corps par l’entremise des activités physiques adaptées (A.P.A.), la redynamisation de cette population en vue d’une réinsertion sociale et professionnelle. Pour atteindre cet objectif, Jacques Mikulovic, au-delà de la sollicitation du corps, fait appel à un nouveau type d’intervention : la pédagogie conative, c’est-à-dire une pédagogie qui permet au bénéficiaire de se mettre à distance vis-à-vis du rapport qui le lie au savoir, une pédagogie qui le convoque dans sa propension, son inclinaison à l’action, quel que soit son système de valeurs incorporé.

2Le projet de recherche défini, la thèse se structure en deux parties d’égale importance.

3La première partie, introductive, circonscrit le cadre théorique de cette recherche. L’analyse des concepts d’exclusion et de réinsertion prend en compte un nouveau concept, celui d’employabilité, aptitude au travail qui révèle la propension pour un handicapé/chômeur à sortir du chômage. Jacques Mikulovic analyse successivement le champ du handicap, ses mutations, et les enjeux qui le traversent. Dans un premier temps, Jacques Mikulovic montre comment l’exclusion peut être épistémologie, en touchant au domaine du savoir, mais aussi économique, ou liée aux aptitudes psychiques ou physiques, ou encore définie dans l’ordre de la culture, ou de la justice. Puis l’analyse se tourne sur ce que Jacques Mikulovic appelle le cercle vicieux du déconditionnement social. Il décrit ici très clairement les syndromes d’hypodynamie et d’hypokinésie sociales qui conduisent généralement à l’exclusion et à la marginalité. Vient ensuite une analyse socio-historique du problème, qui montre un passage progressif, dans les textes officiels, d’une définition conçue en terme « d’infirmité » et d’inaptitude au travail, à une définition médicale organisant des espaces « stigmatisants » (les CAT et Ateliers Protégés notamment), puis à une volonté politique de considérer ces personnes dans leur totalité en cherchant à les réintégrer dans une société qui les accepterait à nouveau. Le vocable de « situation handicapante » se substitue alors progressivement à la stricte notion de handicapé. Et cependant Jacques Mikulovic se demande si finalement l’ensemble des procédures d’aide et de cotation mises en place ne deviendraient pas, contrairement à leur fonction initiale, de véritables handicapages. L’étude ethnologique d’une « dispute » lors d’une commission opposant la préfecture et l’ANPE est particulièrement édifiante pour comprendre en profondeur les analyses statistiques de surface. La notion d’emploi est alors abordée, dans la perspective de redynamisation sociale à partir de la pédagogie conative. Jacques Mikulovic s’inscrit dans un courant qui valorise les perspectives interactionistes dynamiques. Dans ce projet, c’est le corps qui est mis en avant, en adoptant les activités physiques adaptées comme méthode d’intervention.

4L’hypothèse est alors formulée sur les bases théoriques précédentes : « Une intervention sur le corps par les Activités physiques adaptées, fondée sur la mise en œuvre d’une pédagogie conative, auprès de travailleurs handicapés chômeurs de longue durée, permet de favoriser leur réinsertion sociale en les redynamisant ».

5À partir de cette hypothèse peut se développer la deuxième partie, intitulée : « dispositifs d’observations et d’actions », montrant ainsi que c’est à une recherche-action que nous sommes conviés. On trouve, à la suite, une explication particulièrement claire de cette procédure complexe de recherche.

6Trois études sont entreprises successivement.

  • La première porte sur deux stages de réinsertion qui font intervenir un travail sur le corps ; elle s’est attachée à dégager des profils-types. La conclusion de cette première étude est fort intéressante, puisqu’elle montre le lien étroit entre le sentiment d’incompétence, le manque d’autonomie, la faiblesse de l’estime de soi et la résistance aux pratiques corporelles perçues comme jugement des autres.

  • La deuxième étude évalue douze actions de formation professionnelle sous la forme d’audit concernant 280 demandeurs d’emploi handicapés. Les questionnaires et les entretiens analysés permettent encore de préciser le sujet et d’explorer la profondeur des difficultés, en s’intéressant notamment au rapport au handicap, au rapport à la compétence et au rapport à l’autonomie, en confrontant les objectifs de qualification et/ou de redynamisation à l’insertion et à l’emploi.

  • Les conclusions des premiers stages et des actions de formation permettent à Jacques Mikulovic d’entreprendre deux autres stages intégrant pédagogie conative et activités physiques adaptées. Dans l’ensemble les résultats bouleversent les représentations habituelles qui traversent les milieux de la formation et de la réinsertion. La première conclusion conduit à accepter l’idée que les Activités physiques adaptées participent à la restauration d’un sentiment de compétence. La deuxième considère que le sport est un bon analyseur des dispositions des personnes, voire un outil permettant d’établir un diagnostic en vue d’une intervention pédagogique adaptée. In fine, il est intéressant de constater que les dispositifs traditionnels obtiennent de moins bons résultats dans l’insertion des personnes handicapées chômeurs de longue durée que ceux, ici expérimentés, fondés sur une pédagogie conative ; ou encore que la qualification n’est pas déterminante pour l’insertion et la redynamisation des personnes.

7La thèse est donc une vraie thèse en ce qu’elle défend une position théorique et met en œuvre un système de vérification empirique.

8Les apports théoriques substantiels sont appréciés tant dans le champ de l’intervention pédagogique et sociale que dans celui des Activités physiques adaptées.

9À la suite d’une soutenance très vivante, devant un public serré dans l’amphithéâtre de visioconférence, et sa retransmission directe et différée, Jacques Mikulovic obtient le titre de Docteur de l’Université Montpellier 1 avec la mention « très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Jacques Mikulovic, La réinsertion sociale et professionnelle des travailleurs handicapés chômeurs de longue durée », Corps et culture [En ligne], Numéro 5 |  2000, mis en ligne le 26 avril 2007, consulté le 19 août 2017. URL : http://corpsetculture.revues.org/746

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page