Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de thèses

Franck Gatto, Attitudes cognitives et cultures de soins. Contribution de dispositifs pédagogiques spécifiques aux actions d’éducation à la santé

Thèse en Sciences de l’Éducation de l’Université d’Aix-Marseille 1. Soutenue le 4 janvier 1999.
Gilles Bui-Xuân

Notes de la rédaction

Jury :
Samuel Johsua
Gilles Bui-Xuân
Daniel Favre
François Gremy

Texte intégral

1On peut tout d’abord rendre hommage à un étudiant peu ordinaire :

  • C’est un professionnel de santé, kinésithérapeute, tant en clinique ou en structure hospitalière, qu’en cabinet.

  • Il est aussi formateur, tant en formation initiale qu’en formation permanente.

2Franck Gatto se situe à l’interface de la théorie et de la pratique : il questionne donc la théorie pour améliorer la pratique ; il questionne également la pratique pour faire progresser la théorie.

3C’est cette place qui lui a permis de réaliser ce travail de thèse. C’est aussi cette place qui lui confère son originalité.

4Son expertise lui permet de se distancier des contenus d’enseignement habituels, centrés sur la matière, la kinésithérapie, les techniques de soins et de rééducation, pour l’amener à réfléchir sur la relation de soin, dans la perspective d’une amélioration globale de la santé de la population.

5Il n’y aurait pas dissonance socio-conative entre un patient et un soignant puisque les deux sont d’accord sur un principe : guérir. Et pourtant, il n’y a pas de réelle consonance (sauf à considérer que l’attente du patient est de se mettre sous la coupe du soignant…). Il y a discordance. Cette discordance est certes cognitive, comme le montre bien la thèse, mais elle est surtout conative, chacun cherchant à persévérer dans son être.

6Les études de Franck Gatto montrent que la discordance peut être réduite. On retrouve alors les conditions de consonance socio-conative :

  • à l’acceptation de soi comme tel devrait correspondre de la part de la dimension soignante une parfaite connaissance des patients.

  • à l’acquisition d’un sentiment de compétence en matière de santé correspondrait une parfaite connaissance de l’activité support de soins.

  •  et à l’autonomie du sujet pourrait correspondre un accompagnement instituant de la part du soignant.

7Mais ce que ce dernier perd en pouvoir devrait être gagné en autonomie par le patient.

8C’est bien ce gain en autonomie des sujets qui permettrait d’améliorer globalement la santé de la population.

9Cette réflexion appelle quelques questions :

  • En tant que praticien formateur de cadres de santé, l’auteur a-t-il réussi à se mettre en situation de consonance socio-conative ? C’est-à-dire, a-t-il réussi à faire entrer les soignants en formation sur le terrain de la relation, dans le but d’une amélioration globale de santé, tout en étant conscients d’une certaine perte de pouvoir ? En fait, quelles sont les réelles préoccupations de ces cadres ?

  • Dans l’expérimentation du logiciel « Migration », quels obstacles socio-conatifs a-t-il rencontrés ? Si les difficultés peuvent être d’ordre cognitif chez les patients, peut-on considérer que des problèmes de connaissances soient l’obstacle premier chez les soignants ? Bref, les obstacles au changement sont-ils cognitifs ? Ou bien impliquent-ils un attachement à persévérer dans son être, c’est-à-dire une « stratégie du conatus » ?

10Les réponses de Franck Gatto sont claires et concises :

  • À la première question, il rappelle les réactions des personnels de soins en formation dans le cadre d’un module intitulé « pédagogie et éducation à la santé » : l’évaluation initiale provoqua le plus grand trouble. Quant aux préoccupations de ces stagiaires, elles ne se focalisaient d’abord que sur un seul objectif : apprendre des techniques pour être plus performants.

  • La réponse à la deuxième question n’est pas moins éloquente : patients comme personnels de soins ne perçoivent absolument pas quel bénéfice ils pourraient tirer de ce logiciel ! C’est pourquoi il va s’attacher maintenant à l’amélioration de sa présentation.

11Ainsi, les réponses furent claires et précises, à l’image de l’exposé introductif qui permit à Franck Gatto de se distancier de la linéarité de la thèse pour mieux développer une problématique générale au centre de laquelle il a situé les professionnels de santé comme les médiateurs potentiels d’une réelle éducation à la santé de l’ensemble de la population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Bui-Xuân, « Franck Gatto, Attitudes cognitives et cultures de soins. Contribution de dispositifs pédagogiques spécifiques aux actions d’éducation à la santé », Corps et culture [En ligne], Numéro 4 |  1999, mis en ligne le 25 janvier 2005, Consulté le 26 novembre 2014. URL : http://corpsetculture.revues.org/660

Haut de page

Auteur

Gilles Bui-Xuân

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© tous droits réservés

Haut de page