Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Yves Travaillot , Sociologie des pratiques d’entretien du corps

Paris, P.U.F. (Pratiques corporelles, Dir. R. Thomas), 1998, 235 p., 128 F.
Jacques Gleyse

Texte intégral

1Comme l’indique le sous-titre du livre, l’auteur nous convie, au travers de l’étude des discours de multiples revues et journaux (de Biba au Bulletin fédéral de la FFEPGV en passant par L’équipe magazine et Votre beauté), à une analyse de « l’évolution de l’attention portée au corps depuis 1960 ». Et, effectivement, il tente de saisir les minuscules mouvements d’une dynamique plutôt unilinéaire, qui font passer l’attention pour le corps d’« Être beau et en bonne santé » (1960-1980), à « la forme à tout prix » (1980-1985) et à (reprenant partiellement, visiblement sans le savoir, les positions du numéro 2 de Corps et Culture) la réhabilitation du « plaisir » (1985 à nos jours).

2Le souci de contextualisation, les nombreuses références de première main issues de magazines « people » ou plus confidentiels font l’intérêt du texte proposé. La description des multiples façons de s’intéresser au corps au cours des quarante dernières années est, sans contestation possible, instructive et éclairante pour notre actualité. Elle permet notamment de percevoir comment un intérêt et une forme corporelle n’ont qu’une durée limité et une valeur relative et comment il y a, plutôt qu’évolution, transformation des modalités d’énonciation de l’intérêt pour l’entretien du corps et des modèles qui le circonscrivent.

3Par ailleurs, avec Foucault (cité abondamment dans la bibliographie) on peut apercevoir (même si cela n’est pas explicitement écrit par l’auteur et si c’est surtout l’auteur de la recension qui s’exprime là) que l’extension de l’espace d’un discours n’est pas synonyme de libération loin s’en faut. Au contraire, c’est peut-être ainsi un nouvel espace carcéral panoptique qui est formalisé, espace d’autant plus contraignant que fondé sur le désir et le plaisir.

4Une bibliographie francophone assez complète (qui pourrait être un point de départ pour d’autres recherches) vient clore l’ouvrage.

5Après les remarquables travaux, sur le même sujet, de Gisèle Lacroix (1984) et d’Olivier Bessy (1991), après la parution des différents ouvrages de Christian Pociello (notamment Les cultures sportives), Nancy Midol (Démiurgie dans les sports et la danse), Yves Le Pogam (Démocratisation du sport mythe ou réalité) ou d’André Rauch (notamment Le souci du corps) il était difficile, pour Yves Travaillot, de faire du neuf sur le sujet. C’est donc davantage comme une synthèse stimulante de ce qui a déjà été réalisé que l’on doit considérer l’ouvrage. Il peut être utile, dans le champ STAPS, d’abord aux étudiants en « management du sport », mais aussi à tous ceux qui s’intéressent, de près ou de loin, à la culture que représente la pratique corporelle de mise ou de remise en forme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Gleyse, « Yves Travaillot , Sociologie des pratiques d’entretien du corps », Corps et culture [En ligne], Numéro 4 |  1999, mis en ligne le 25 janvier 2005, Consulté le 24 juillet 2014. URL : http://corpsetculture.revues.org/656

Haut de page

Droits d'auteur

© tous droits réservés

Haut de page